Suivez-nous sur

Les 49 communes

logo unesco
Information importante COVID-19 : les dispositions de l'Agglomération Saumur Val de Loire
Les mesures pour soutenir l'économie
 
Information importante COVID-19 : les dispositions de l'Agglomération Saumur Val de Loire
Les mesures pour soutenir l'économie

Courchamps : Christian Blet est tombé dans le quinoa depuis dix ans

La plus importante filière de production de quinoa en France est dans le Maine-et-Loire. Christian Blet, paysan, comme il aime à le dire, à Courchamps, en a été un des précurseurs, il y a dix ans.

 

 

 

 

achat vte marche filiereLe quinoa est traditionnellement rencontré au Pérou et en Bolivie. Il a fait son apparition dans les champs de Maine-et-Loire en 2009. L’idée a germé dans la tête de Jason Abbott, producteur de semences agricoles à Longué-Jumelles. « Sa fille était allergique au gluten, confie Christian Blet. Jason s’est rapproché de l’université de Wageningen en Hollande qui étudiait la possibilité d’adapter le quinoa à l’Europe. » La Coopération agricole du Pays de Loire (CAPL) est particulièrement impliquée dans les filières végétales de qualité ou de niche tels que le blé Label rouge, les légumes secs, le millet, le sarrasin… « L’objectif est que, nous les agriculteurs, ayons des alternatives afin de diversifier la rotation de nos cultures, plus nous avons de nouvelles plantes, meilleur c’est pour nos sols, tout en étant plus respectueux de l’environnement. »

 

Sans gluten

Les débuts n’ont pas été simples  : « Il nous a fallu maîtriser la culture au départ et nous avons eu quelques couacs », sourit Christian Blet. La petite graine de toutes les couleurs, a rapidement la cote. Les Français en sont les principaux consommateurs en Europe. Cette « pseudo-céréale et pseudo-graminée, commercialisée par la CAPL sous la marque Quinoa d’Anjou, a de nombreux avantages  : elle est sans gluten, sans pesticide, très digeste, pauvre en lipides mais riche en fer et en protéines. »

 

achat vente cerealesUn tiers de la production française

Le quinoa est semé en février-mars pour une récolte entre la mi-juillet et la mi-août. Après la récolte, les bennes arrivent au silo de la CAPL, à Brissac-Quincé, entièrement dédié au quinoa pour éviter toute contamination au gluten et aux pesticides venant d’autres céréales. Il est ensuite stocké puis expédié chez les industriels de l’agroalimentaire où la petite graine traverse un impressionnant circuit de nettoyage et de triage. La consommation de quinoa est de 6  000  t par an en France, un tiers est produite en Anjou.

 

L’œillette, sa préférée

Outre le quinoa, Christian Blet cultive, sur sa centaine d’hectares de terre, du blé tendre meunier pour la boulangerie, du blé dur pour les fabricants de pâtes, de l’orge de brasserie de printemps pour les malteries et une de ses préférées  : l'œillette, du pavot alimentaire pour le pain.

 

Bien que très occupé par son exploitation, Christian Blet est aussi un des vice-présidents de la CAPL, « j’ai fait ce choix car la coopérative est le prolongement de mon travail, je voulais savoir comment cela se passait ensuite. » Il est aussi élu à la Chambre d’Agriculture dans le collège des représentants des coopératives, « afin d’avoir notre mot à dire et de défendre nos intérêts. »

Site de la CAPL

20200214 blet70x22